Les sphères de pierre du Costa Rica

----

On trouve au Costa Rica des centaines de boules de pierre, parfaitement rondes, de taille et de poids différents. Un grand nombre de ces boules fut détruit par les chercheurs d'or et, à l'époque coloniale, par les essartages ou les exercices militaires. Beaucoup, cependant, ornent les jardins privés. Leur énigme défie toujours la science.

Des boules énigmatiques

Aujourd'hui encore, on ignore d'où ces boules peuvent provenir. Bien que l'on en trouve quelques exemplaires au musée d'État de San Jose et que de nouvelles fouilles permettent, à intervalles irréguliers, d'en découvrir de nouvelles,  enfouis dans le limon d'un delta ou dans la boue de la jungle, on sait très peu de choses à leur sujet.

La boule la plus lourde qu'on ait découverte jusqu'à présent pèse 16 tonnes. Elles sont toutes d'une rondeur parfaite et d'un diamètre uniformément égal. Beaucoup ont une surface extrêmement lisse, ce qui signifie qu'elles ont été vraisemblablement polies à l'aide d'un mélange d'eau et de sable. On se demande néanmoins comment les hommes qui les ont fabriquées ont pu obtenir un arrondi aussi parfait, notamment pour les boules les plus grosses et les plus lourdes.

En effet, la réalisation de ces boules présuppose non seulement certaines connaissances en géométrie, mais également une technique appropriée. Sans moyen mécanique, il est, de plus, quasiment impossible de fabriquer de tels objets.

----

.

Autres documents :

Jacques Boucher de Perthes, 1788-1868

Détails
in Les grands savants de l'archéologie
En découvrant à Moulin-Quignon, près d’Abbeville, une dent humaine et un fragment de mâchoire accompagnant un dépôt de silex, Boucher de Perthes en conclut que l’homme était beaucoup plus ancien qu’on...

L'Éternel Adam, par Jules Verne, 1910.

Détails
in Livres d'exception
Écrite par Jules Verne en ses dernières années, jusqu'à présent inédite, cette nouvelle offre la particularité de tendre à des conclusions plutôt assez pessimistes, contraires au fier optimisme qui an...

Thulé, Tula ou Ogygie. L’Ile des Bienheureux, par E. Beauvois

Détails
in Eugène Beauvois, 1835-1912. Bibliographie complète (39/60)
Extrait de la Revue des questions scientifiques, t. XI, janv. 1907, Louvain.

.