A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...

----

Extrait de l'émission « Les 30 histoires mystérieuses » diffusée en 2007 sur TF1.

Résumé de l'affaire :

On est en 1898... L’écrivain-journaliste américain Morgan Robertson, amateur de parapsychologie avant l’heure et fortement marqué par des inspirations que lui-même qualifia de « métaphysiques », publie un recueil de nouvelles inspirées de la vie des hommes de la mer. Le titre du volume est The Wreck of Titan. C’est le titre d’une des nouvelles, et l’auteur l’utilise pour son ouvrage parce qu’il croit en sa force d’impact sur l’esprit du public : « Le naufrage du Titan ».

wreck-of-the-titan-POST

Titan ? Ouvrons le livre de Robertson. Le bateau de ce nom est un géant des mers. Il déplace environ 70 000 tonnes ; il possède trois hélices et peut atteindre la vitesse de croisière de 25 nœuds. Le navire, le plus grand transatlantique du monde, a 900 membres d’équipage et peut transporter environ 2 200 passagers.

Il en est à sa première course, au large des côtes du Nouveau Monde, lorsqu’il heurte, en pleine nuit, un iceberg. Le bâtiment, considéré pratiquement insubmersible grâce à ses compartiments étanches, sombre rapidement. Il ne dispose pas de moyens suffisants de sauvetage. Deux tiers des passagers et à peine un cinquième de l’équipage réussissent à tenir bon jusqu’au moment où ils seront sauvés ou repêchés. Un bateau se trouve non loin de là mais, pensant que rien ne peut arriver au monstre des mers, il n’intervient pas...

Quatorze ans plus tard, le 12 avril 1912, vingt minutes avant minuit, le « Titanic » de la White Star Line, le plus beau et le plus grand bateau de passagers du monde, sombre presque au même endroit, toujours à cause d’un iceberg et dans des conditions très similaires à celles du « Titan », avec le même nombre de chaudières, d’hélices, de tuyères, la même puissance motrice, la même vitesse de croisière, le même nombre ou presque de passagers et d’hommes d’équipage.

Quelle similitude entre le bateau imaginaire de Robertson et le paquebot bien réel de la White Star Line !

tableau

Lorsque bien plus tard, un rat de bibliothèque tomba sur le livre du funambulesque Robertson et qu’il dévoila la coïncidence, les journaux en parlèrent un moment, pour souligner le fait, puis tout retomba dans l’oubli.

Néanmoins, si un spécialiste du calcul des probabilités s’était penché sur le nombre des détails exacts qui reliaient le navire fantôme du livre et le bateau réel de la catastrophe, il aurait trouvé que, pour tomber aussi juste, il n’y avait qu’une chance sur un milliard et demi. Étrange coïncidence !

----

.

Autres documents :

Les premiers chrétiens des îles nordatlantiques, par E. Beauvois‭

Détails
in Eugène Beauvois, 1835-1912. Bibliographie complète (39/60)
E. Beauvois ; « Les premiers Chrétiens des îles Nordatlantiques », in Muséon, t. VII, Louvain, 1888, pp. 315-330 et 408-433.

.

Commentaires  

#7 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Titi

Vraiment très troublante c'est similitude entre un romain de fiction et la réalité, il semble que cette triste catastrophe devait arriver. une pensé a tout ceux et celles qui y ont laissé leur vie.
Citer
#6 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Jesse

C'est l'un des mystères que je trouve le + troublant. Il y a beaucoup de "coïncidences" je trouve pour que ce soit du hasard....enfin, c'est mon avis !
Citer
#5 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Simon

Citation en provenance du commentaire précédent de Nomade du futur :
Morgan Robertson était un visionnaire comme le très célèbre Jules Verne, car savez vous que les calculs d Apollo 9 et ceux de "de la Terre a la Lune " sont quasi identique ?


On peut parfaitement faire des calculs relatifs à l'espace et à la lune sans forcément avoir d'outils hyper sophistiqués.
Pour preuve, je vous renvois aux travaux du grec Eratosthène (284-192 av JC) qui calcule le rayon approximatif de la Terre avec peu d'erreur. Et bien plus tard, on ne peut ignorer l'oeuvre de Copernic (1473-1543) ou encore celle de Johanes Kepler (1571-1630).
Il n'y a aucun doute que quand Jules Verne a écrit son livre, au XIXème siècle, l'astronomie était déjà bien avancée et disposait d'informations précises qu'il a pu réutiliser au profit de sa fiction.
Citer
#4 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Pol H

Reportage fascinant. L'écriture de ce roman ou nouvelle je ne connais pas le "format" m'interroge. Cette œuvre est -elle le fruit de l'imagination de son auteur ?après tout des ouvrages "d'anticipation" existent. Ou il y a-il un co-auteur astral ?comme le disait cet écrivain...
Citer
#3 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Boris

Et ben... J'espère au moins que la White Star Line a payé des droits d'auteur à Morgan Robertson. C'est un plagiat éhonté; c'est clair. LOL
Citer
#2 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...Nomade du futur

Morgan Robertson était un visionnaire comme le très célèbre Jules Verne, car savez vous que les calculs d Apollo 9 et ceux de "de la Terre a la Lune " sont quasi identique ?
Citer
#1 RE: A l’heure où le « Titanic » s’appelait encore « Titan »...X-japan17

J'ai lu le livre qui raconte le naufrage du titan bien que la ressemblance entre le titan et le titanic soit irréfutable je doute que l'auteur ai juste eu un coup de chance en écrivant cette histoire. Les détails sont trop semblable, j'ai du mal a croire que ce soit un hasard de la a dire qu'il a une prémonition je ne pense pas non plus.

L'auteur a peut être juste eu un excès d'imagination, qui la menais a raconter le naufrage de ce navire. Est ci le titanic avait était construit en s’inspirant de quelque détail écrit par l'auteur, sa pourrait être possible, mais le plus louche c'est certainement la même façon dont le bateau fait naufrage ...
Citer

Ajouter un Commentaire

Echangez vos idées !

Contribuez par vos questions et vos commentaires à l'échange d'informations amorcé par cet article (ou vidéo).
Partagez aussi votre savoir, nous restons à l'écoute !